Connaître et comprendre l'organisation de la licence de sciences et technologies, les modalités d'évaluation, les types d'enseignement et l'accompagnement à la réussite est essentiel pour pouvoir vous repérer dans votre environnement universitaire.

Deux parcours

Le parcours Sciences et Design

Créé à la rentrée 2012 en partenariat avec l’école nationale supérieure de création industrielle (ENSCI - les Ateliers), ce cursus s’adresse à des étudiants qui souhaitent devenir des scientifiques ouverts à la création et aux relations entre innovation et société, ou des designers préparés à l’innovation contemporaine, complexe et à forte teneur technologique.
L’étudiant suit un ensemble de cours dans les deux domaines :
en sciences, dans l’un des domaines proposés au sein du département de la licence sciences et technologies (DLST), à savoir, biologie, chimie, informatique, mathématiques, mécanique, physique.
en design, l’enseignement est composé :
> de cours essentiels à la formation au design industriel, dans le cadre d’un partenariat avec l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble (ENSAG)
> de semaines bloquées sur un thème particulier, par exemple :
- IMAG0.0 : scénographie d’une histoire informatique. Projet d’exposition de matériel informatique de l’association ACONIT dans le hall du bâtiment IMAG, sur le campus.
- Beautés mathématiques. Projet d’expositon d’objets mathématiques, en extérieur, dans le parc Beylier, à Varces-Allières-et-Risset, avec l’association La grange des maths.
- Génération électrique. Création d’un concept de formule-e avec l’association Les Galapiats.
> de projets de création industrielle : mise en oeuvre, sur un semestre, des différentes phases d’un projet de design, sous la conduite d’un directeur de projet, designer confirmé (ce type d’enseignement, largement répandu dans les écoles d’architecture, les écoles d’art et les écoles de design, prend toute sa place dans ce parcours de licence).
Les étudiants obtiennent, en trois ans, une licence mention Sciences et technologies de l’UGA complétée par le certificat d’études supérieures de design de l’ENSCI.

Le parcours Sciences et musicologie

Cette double licence se prépare en 3 ans, elle est composée de 6 semestres. Elle permet d'obtenir une licence de physique et une licence de musicologie.

L’étudiant suit ainsi un ensemble de cours dans les deux domaines :
en sciences : l’enseignement est centré sur la physique, les mathématiques et la mécanique
en musicologie : les cours portent sur l’histoire de la musique (du Moyen Âge aux musiques actuelles), l’analyse d’oeuvres, la formation musicale, l’écriture (composition musicale), l’accompagnement au clavier, le choeur
En outre, ce cursus comporte des enseignements de langue, ainsi que des cours croisant les domaines scientifiques et musicaux : acoustique, informatique musicale, traitement du son.

La formation est exigeante : elle comporte environ 27h de cours hebdomadaires auxquels il faut ajouter un travail personnel conséquent. En particulier, la pratique musicale et l’audition de musiques de styles très variés doivent être quotidiennes.

En cours de licence, il est possible de retourner vers une licence simple de sciences ou de musicologie, les semestres déjà validés restant valables.

L'évaluation


Deux formes d’évaluation coexistent :

le contrôle continu se déroule tout au long du semestre, et peut prendre la forme d’examens partiels à la moitié du semestre, d’interrogations écrites ou orales en TD ou TP, de comptes-rendus, de dossiers...
l’examen terminal se déroule à la fin de chaque semestre, et est généralement constitué d’un examen écrit portant sur la totalité des notions abordées au sein de l’Unité d’Enseignement (UE).

Le semestre est acquis si la moyenne générale obtenue est supérieure ou égale à 10/20, et ce même si l’étudiant n’a pas validé toutes les UE suivies.
L’année est acquise si la moyenne des deux semestres est égale ou supérieure à 10/20.
Une 2de session d’examen a lieu en juin pour les étudiants n’ayant pas validé leur année, qui permet à ceux dont l’échec était accidentel d’avoir une chance de se rattraper (NB : les étudiants qui n’ont pas suffisamment travaillé ne réussissent pas mieux lors de cette session de rattrapage).