Connaître et comprendre l'organisation et l'articulation des parcours pour valider une licence de sciences de la terre, les modalités d'évaluation, les types d'enseignement et l'accompagnement à la réussite est essentiel pour pouvoir vous repérer dans votre environnement universitaire.

Spécialisation progressive et pluridisciplinarité


À l’Université Grenoble Alpes, le choix a été fait de regrouper la majorité des mentions du domaine Sciences, technologies, santé, au sein du département de la licence sciences & technologies (DLST) à Grenoble, et du département sciences Drôme Ardèche (DSDA) à Valence. Ces deux départements gèrent la formation en Licence en lien avec les trois UFR disciplinaires concernées par ces mentions (UFR de Chimie et de Biologie, UFR IM2AG, UFR PhITEM). Les parcours de formation proposés à partir de la première année de licence (L1) sont organisés de façon à permettre à l’étudiant de choisir progressivement son orientation.

En 1ère année, 6 portails disciplinaires sont proposés à Grenoble et 3 à Valence, centrés sur des disciplines « coeur » :
• Chimie et biochimie (Grenoble)
• Chimie-Biologie (Valence)
• Informatique, mathématiques et applications (Grenoble et Valence)
• Physique, chimie, mécanique, mathématiques (Grenoble et Valence)
• Sciences pour l’ingénieur (Grenoble)
• Sciences de la terre (Grenoble)
• Sciences du Vivant (Grenoble)

Voir les choix de portails possibles pour valider une licence de sciences de la terre, dans la rubrique ci-dessous "L'organisation des parcours en licence sciences de la terre".

Le 1er semestre est pluridisciplinaire, avec des enseignements de mathématiques et physique pour tous et, selon les parcours, de la chimie, de l’informatique, de la biologie et/ou des sciences de la terre et de l’environnement.
Toutes les notions enseignées sont considérées par les équipes pédagogiques comme nécessaires pour une bonne progression dans le cursus disciplinaire, et les exemples utilisés en cours et TD sont en lien avec la discipline principale du parcours. De plus, les contenus des différents parcours étant relativement proches, il est possible, pour des étudiants motivés et travailleurs dont le projet de formation évolue, de se réorienter dans un autre parcours à l’issue du 1er, voire du 2e semestre.

A l’issue de la L1, chaque portail débouche sur plusieurs parcours de deuxième année (L2), qui correspondent à des spécialisations disciplinaires.
Le DLST propose 16 parcours de L2 différents (et 19 en L3), le DSDA 5 (mais 2 en L3, les étudiants ayant la possibilité de rejoindre Grenoble pour les autres parcours). Dans certains cas, il est même possible d’obliquer vers un parcours proche après le 3e semestre.

Le catalogue de formation de l'Université Grenoble Alpes détaille le programme dispensé en licence de chimie.
 



L'organisation des parcours en licence sciences de la terre

La mention Sciences de la terre se décline en 2 parcours :

Sciences de la terre et de l’environnement (STE)
Ce parcours apporte des connaissances sur le système Terre et sur les bases scientifiques (mathématiques, physique, chimie, mécanique) pour l’étudier. Il développe des savoir-faire tels que l’analyse de paysage, la lecture et la production de cartes géologiques, la reconnaissance des roches, des minéraux, les mesures géophysiques. Cet enseignement se fait à l’occasion de nombreux stages de terrain.
Pour accéder à ce parcours de L3, il faut choisir le portail de L1 Sciences de la terre (proposé à Grenoble).

Physique, sciences de la terre et de l’environnement, mécanique (PSTEM)
Ce parcours apporte des connaissances sur le système Terre et sur les bases scientifiques (mathématiques, physique, chimie, mécanique) pour l’étudier. Il développe des savoir-faire tels qu’apprendre à faire des mesures géophysiques et géologiques sur le terrain, analyser et traiter les données.
Pour accéder à ce parcours de L3, il faut choisir le portail de L1 Physique, chimie, mécanique, mathématiques (proposé à Grenoble ou à Valence) ou le portail Sciences de la terre (proposé uniquement à Grenoble).

Ces parcours correspondent à deux approches différentes dans l’acquisition des compétences nécessaires à l’étude du système Terre. Le parcours STE se base plus sur l’apprentissage des géosciences et des outils associés (mathématiques / physique / chimie / mécanique) alors que le parcours PSTEM se base sur l’apprentissage des mathématiques / physique / chimie / mécanique pour ensuite les appliquer aux sciences de la terre.

L'évaluation

Deux formes d’évaluation coexistent :

le contrôle continu se déroule tout au long du semestre, et peut prendre la forme d’examens partiels à la moitié du semestre, d’interrogations écrites ou orales en TD ou TP, de comptes-rendus, de dossiers, ... ;
l’examen terminal se déroule à la fin de chaque semestre, et est généralement constitué d’un examen écrit portant sur la totalité des notions abordées au sein de l’Unité d’Enseignement (UE).

Le semestre est acquis si la moyenne générale obtenue est supérieure ou égale à 10/20, et ce même si l’étudiant n’a pas validé toutes les UE suivies.
L’année est acquise si la moyenne des deux semestres est égale ou supérieure à 10/20.
Une 2de session d’examen a lieu en juin pour les étudiants n’ayant pas validé leur année, qui permet à ceux dont l’échec était accidentel d’avoir une chance de se rattraper (NB : les étudiants qui n’ont pas suffisamment travaillé ne réussissent pas mieux lors de cette session de rattrapage).