Connaître et comprendre les parcours proposés en licence gégraphie et aménagement, les modes d'évaluation, les types d'enseignement et l'accompagnement à la réussite est essentiel pour pouvoir vous repérer dans votre environnement universitaire.

L'organisation de la licence

La licence se prépare en 3 ans, elle est composée de 6 semestres.
Elle est validée par l’obtention de 180 crédits, 30 crédits par semestre.

Spécialisation progressive et pluridisciplinarité

La licence de géographie propose une spécialisation progressive de la première (L1) à la troisième année (L3).
La L1 est qualifiée d’année de « découverte » avec une organisation conçue à partir d’UE (unités d'enseignement) communes pour l’ensemble des étudiants. L’approche est pluridisciplinaire fondée sur des thématiques relevant des sciences sociales, humaines mais également naturelles et environnementales.
La L2 est qualifiée de « déterminante » organisée avec des UE de tronc commun (50%) et des UE spécifiques (50%) au choix des étudiants.
La L3 est dite de « spécialisation » avec 20% de tronc commun et 80% pour des UE réparties au sein des quatre parcours au choix des étudiants décrits ci-dessus. 

La pluridisciplinarité est présente tout au long du cursus de la licence.

Plusieurs parcours

La mention Géographie et Aménagement se décline en 4 parcours :

• Aménagement
Les objectifs de ce parcours sont :
1 - La constitution d’une culture générale et scientifique sur le fonctionnement de l’aménagement du territoire et les grands enjeux de l’organisation de ces derniers : histoire de l’aménagement, pratiques et principaux enjeux de l’aménagement contemporain.
2 - La constitution d’un premier socle de connaissances scientifiques et techniques indispensables à l’aménagement : histoire et étude de l’aménagement, la carte comme outils techniques et stratégique, théorie du développement économique, etc.
3 - Le développement de la culture du projet : les UE Atelier permettent le travail de terrain, le travail en groupe et le travail avec des partenaires extérieurs (cabinet d’audit, collectivités territoriales, etc.).
4 - La maîtrise des techniques propres à l’exercice des différents métiers du territoire (géomatique, statistique, cartographie…).

• Environnement
Les objectifs de ce parcours sont :
1 - La constitution d’une culture générale et scientifique sur le fonctionnement de l’environnement et sur les rapports de l’homme à la nature : hydrologie, pédologie, climatologie, biogéographie.
2 - La constitution d’un premier socle de connaissances scientifiques et techniques indispensables à l’appréhension de l’environnement : climatologie, biogéographie, hydrologie, etc.
3 - Une culture du projet : ateliers consacrés à l’analyse d’un environnement et à la formalisation de propositions de gestion et d’aménagement de celui-ci.
4 - La maîtrise des techniques propres à l’exercice des différents métiers du territoire : géomatique, analyse multivariée, cartographie, système d’information géographique.

• Géographie, espaces et sociétés
Les objectifs de ce parcours sont :
1 - La constitution d’une culture générale et scientifique sur le fonctionnement de l’espace et des sociétés et sur les grands enjeux et les grandes thématiques qui les concernent : géopolitiques, histoire politique contemporaine, développement, etc.
2 - La constitution d’un premier socle de connaissances scientifiques et techniques indispensables à l’appréhension des sociétés : théories des sciences sociales, géographie culturelle, pratique de la recherche action de terrain (adaptée aux étudiants de licence), etc.
3 - Une culture du projet : ateliers consacrés à l’analyse d’un espace et à la mise en place de recherche sur celui-ci.
4 - la maîtrise des techniques propres à l’exercice des différents métiers du territoire : géomatique, utilisation des statistiques, cartographie.

• Urbanisme
Les objectifs de ce parcours sont :
1 - La constitution d’une culture générale et scientifique et critique sur le fonctionnement des villes et les grands enjeux du développement urbain actuel : métropolisation et expansion des villes, recompositions des espaces urbains et paysagers, modalités de gouvernance, mobilités et déplacements, inégalités et justices sociales, spatiales et territoriales, enjeux de la durabilité, etc.
2 - La constitution d’un premier socle de connaissances scientifiques et techniques indispensable à l’appréhension de l’urbain : évolution des politiques et doctrines urbaines, histoires de l’architecture et du patrimoine, sociologie urbaine, institutions locales, politiques publiques (transports, habitat, etc.), outils de planification, développement local, droit de l’urbanisme, finances locales, analyses morphologiques, etc.
3 - Une culture du projet sous la forme d’ateliers consacrés à l’analyse d’espaces urbains, publics et/ou privés, et à la formalisation d’orientations de projet, le plus souvent en lien avec une commande issue des acteurs locaux
4 - La maîtrise des techniques propres à l’exercice des différents métiers du territoire : dessin manuel, dessin assisté par ordinateur, cartographie.

Le catalogue de formation de l'Université Grenoble Alpes détaille le programme dispensé en licence de géographie et aménagement.
 

L'évaluation

Deux formes d’évaluation coexistent :

le contrôle continu : il a lieu pendant le semestre. Les TD sont évalués sous cette modalité.
Types d’exercices demandés : devoirs surveillés, rédaction de rapport, devoirs à la maison, exposé oral, etc.

l’examen terminal : il se déroule à la fin de chaque semestre.
Types d’exercices demandés : QCM, texte argumenté, définitions, commentaires de documents, etc.
En L3, un mémoire d’une vingtaine de pages est proposé alternativement au stage. Il s’agit d’une recherche ou d’un approfondissement sur un thème que l’étudiant envisage d’aborder en master.

Une 2e session d’examen (rattrapage) a lieu en juin pour les étudiants n’ayant pas validé le semestre
Le semestre est acquis si la moyenne générale obtenue aux UE est égale ou supérieure à 10/20.
L’année est acquise si la moyenne des deux semestres est égale ou supérieure à 10/20